Vous êtes en mal de voyages ? Vous êtes perdu dans le labyrinthe des règles Thaï? Aller à Bintan s’apparente à un parcours du combattant ? Pensez au Cambodge! C’est la destination sympa si vous avez des envies de dépaysement : pas trop loin, pas trop cher, pas trop chaud (jusqu’en mars), pas trop compliqué, population vaccinée à plus de 80%.

Et surtout, C’EST LE MOMENT ou jamais pour visiter les magnifiques temples d’Angkor, vidés de leurs hordes de touristes chinois.  

Siem Reap a réouvert au monde extérieur le 17 décembre 2021, après presque deux ans sans touristes. Ses habitants vous accueilleront à bras ouverts.

Sans prétention à l’exhaustivité, voici quelques conseils pour un séjour agréable et responsable.

Voler sans galérer 

Pour partir :

Singapour Airlines dessert Siem Reap tous les jours.

Pour embarquer il faut présenter :
  • un certificat de vaccination (jusque là tout va bien) ;   
  • un test PCR négatif de moins de 72H avant l’arrivée. UPDATE : depuis le 17 mars, plus de test avant de partir, plus de test à l’arrivée. Juste un certificat de vaccination. Et un test ART pour le retour à Singapour.

  • un visa : là encore, attention ; depuis la pandémie, il n’est plus possible d’obtenir le visa en arrivant à Siem Reap. Il faut faire sa demande en ligne (compter 7 jours maxi pour une réponse) sur ce site : https://www.evisa.gov.kh/. Autre possibilité testée par une lectrice: se déplacer à l’ambassade du Cambodge à Orchard Tower pour avoir le visa en deux jours. UPDATE : là encore, depuis mi-mars, on peut de nouveau obtenir le visa à l’arrivée à l’aéroport.

Les vérifications façon Singapour Airlines prennent beaucoup de temps, prévoyez d’arriver en avance à l’aéroport.

A l’arrivée à l’aéroport de Siem Reap vous montrerez votre certificat de vaccination ( pensez à l’imprimer par sécurité) et serez soumis à un ART. Une dizaine de minutes d’attente et hop, vous voilà libre comme l’air! Plus d’autres tests durant la durée du séjour !

Pour revenir :

Pour les vols VTL, Singapour demande un test PCR ou ART négatif. Les tests se font au au Youth Sports Club. Pas d’envoi du résultat, il faudra donc y retourner. Le tout pour 30 USD le test ART ou 130 USD le test PCR.

Quand partir ?

Privilégiez la période sèche de novembre à février. Il fait chaud toute l’année et les visites commencent tôt le matin pour cette raison.

LIRE AUSSI : OÙ ET QUAND PARTIR EN ASIE ET AUSTRALIE

Consommer responsable 

Derrière les sourires et la grandeur des sites historiques, le Cambodge c’est aussi la misère. Près de 18 % des Cambodgiens vivent en dessous du seuil de pauvreté (soit avec moins de 2,7 US$ par jour ).

Evidemment la pandémie a aggravé cette pauvreté. Les premières victimes en sont les enfants. Surtout dans les zones rurales : privés de scolarité, ils sont utilisés comme force de travail dès leur plus jeune âge, quand ils ne sont pas réduits à la mendicité. De nombreuses ONG se battent pour leur offrir un avenir.  

Alors, plutôt que d’enrichir le business de l’hospitalité, Singapour Live vous conseille quatre lieux qui sont des « écoles d’application » En vous y rendant, vous permettez aux jeunes en formation, tous issus de milieux défavorisés, de se perfectionner à leur futur métier, ainsi qu’aux écoles de se financer.

Et vous joindrez l’agréable à l’utile, car nourriture comme service sont à la hauteur des restos professionnels.

Sala Baï offre des menus dignes d’un restaurant étoilé pour un prix plus que raisonnable : pour 12 US$ , vous vous verrez offrir boisson de bienvenue, entrée + plat principal + dessert ; 1 thé ou café.

L’ONG française Agir pour le Cambodge, fondée en 1985, a créé Sala Baï en 2002 pour lutter contre la pauvreté et le trafic d’êtres humains, par l’insertion professionnelle.

Un menu finance une journée de formation pour un élève.

Attention, Sala Baï est ouvert seulement pour déjeuner (de 12h00 à 14h00 du lundi au vendredi). Réservation obligatoire.

Sala Baï offre aussi quelques jolies chambres d’hôtel.

menu de fevrier 2022 Restaurant école Salai Bai

Dans un charmant petit jardin arboré, Le Bayon vous propose de déguster, de 8h du matin à 17h30, des petits-déjeuners, lunchs et pâtisseries healthy et ultra-frais.

Le Bayon, c’est une ONG d’aide aux enfants les plus défavorisés, qui a commencé en 1993, avec une école primaire gratuite, et un accompagnement de la scolarité pour les élèves du secondaire. L’aventure a connu une nouvelle étape en 2014 avec l’arrivée de Sokhoeurn, cheffe pâtissière khmère, fondatrice et aujourd’hui directrice de l’école de pâtisserie et boulangerie.

Les français sont très impliqués au Bayon : Sokhoeurn a été formée par l’Ecole Paul Dubrule à Siem Reap. C’est avec le soutien d’Alain Cojean (fondateur des restaurants Cojean) qu’elle a pu lancer l’École de pâtisserie, qui forme chaque année gratuitement une vingtaine de jeunes filles. Jean-Pierre Lebois, médecin référent, assure bénévolement 6 mois par an le suivi des élèves. Et c’est avec une fierté non dissimulée qu’il explique qu’en dépit de la pandémie, toutes les élèves de la promo 2021 ont trouvé un job.

LIRE AUSSI : AGIR POUR L’ÉDUCATION ENFANTS DU MÉKONG ET L’ÉCOLE DU BAYON

Cette fois c’est un couple de Suisses qui est aux manettes. Après avoir découvert la situation dramatique des enfants orphelins ou abandonnés, contraints de quitter l’orphelinat passé un certain âge, Sara et Paul Wallimann ont créé Haven en décembre 2011.

Ils accueillent les clients tous les jours de 8h à 21h (sauf le mardi), au calme dans un beau jardin. Service attentionné et efficace.

Rien de tel qu’une discussion avec Paul pour mieux connaître le Cambodge; il vous parlera avec passion -mais aucun misérabilisme- de la situation des enfants défavorisés, de son projet, et des difficultés traversées par les habitants de Siem Reap du fait de la pandémie.

Nous n’avons pas testé mais le lieu, ouvert du mardi au dimanche, de 11h à 22h, fonctionne sur le même principe que les autres.

Siroter mondain ou franchouillard ?

Pour l’apéro, il y a évidemment Pub Street, la rue de la soif où se concentrent bars et restos à touristes.

Mais comme on sait que le grand écart ne fait pas peur à nos lecteurs, on vous propose deux alternatives hors des sentiers battus :

  • Chic : pour un happy hour au soleil couchant sur la rivière, le bar de l’hôtel Jaya House River Park
  • Spécial Frogs : tâter le cochonnet à Siem Reap, oui c’est possible ! Le Cambodge a été un protectorat français, mais c’est un Suisse qui met la pétanque à l’honneur à Siem Reap. Chez Quick, bar ouvert de 16h à 23h, on trouve une ambiance bon enfant, une « boulisterie » et même des concours de pétanque sur fond de barbecue, certains dimanches. Tous renseignements sur le site Facebook de Quick.

Dormir en paix

Siem Reap ne manque pas d’hôtels ni de locations. Mais c’est une ville bruyante: entre circulation intense et musique tonitruante, les nerfs du touriste en mal de repos peuvent être mis à rude épreuve.

Pensez à vérifier sur Tripadvisor que votre futur hébergement n’est pas sur une grande avenue, ne jouxte pas un bar ou la maison de fêtards.

A Singapour Live, on a un faible pour les Boutique Hôtels protégés par un écrin de verdure. On a testé et aimé Templation Hotel, à la périphérie de la ville mais pas excentré, avec sa magnifique piscine et son délicieux restaurant. En plus, l’hôtel est dirigé (de main de maître) par une femme!

Ariane Nabarro, guide francophone à Singapour (grâce à laquelle CNY n’a plus de secrets pour vous) ne jure que par Sala Lodges, un village de maisons khmères en bois dans un beau parc, tenu par un suisse francophone. 

S’informer sans lésiner

Un voyage réussi, ça se prépare avec :

Les groupes Facebook

Vous souhaitez avoir des recos ou des bons plans? Demandez à intégrer le Forum Français et Francophones Siem Reap Cambodge, piloté par Cendy, la Présidente de l’Union des Français des l’Etranger au Cambodge.  Ses membres sont sympas et réactifs. Et ne négligez pas, évidemment, les incontournables groupes Facebook Singafrogs et Singapour Nanas, où les posts sur les voyages déclenchent presque autant de contributions que ceux sur la nourriture.

Un guide papier

Pour la visite des Temples, des guides touristiques sont en vente partout, même devant les temples. Evidemment de qualité très inégale. Nous vous recommandons Le guide des temples d’Angkor, par Michel Petrochenko : très clair, bien illustré, riche en infos sur l’histoire et la culture Khmère ainsi que sur le détail de chaque temple.

Les temples, c’est TOP !

Tout a déjà été dit et écrit sur le site d’Angkor, inscrit en 1992 au patrimoine mondial de l’humanité, avec plus de 90 monuments classés.

A eux seuls les temples justifieraient une semaine de visites.

Pour les découvrir, on vous conseille fortement de vous faire accompagner par un guide.

D’abord, parce que les guides ont désespérément besoin de travailler.

Ensuite parce qu’ils vous aideront à choisir les temples, à connaître leur histoire et à décrypter leurs merveilles architecturales et artistiques. Nous avons à Singapour Live un faible pour :

. le temple de Banteay Srei (celui qu’André Malraux a essayé de piller). Il faut faire une heure de route pour le voir, mais son grès rose, la qualité exceptionnelle de ses sculptures, ses proportions réduites évoquant une maquette, valent largement le détour.

. le complexe de Preah Khan : y accéder par la grande chaussée pavée bordée de balustrades formées de devas (divinités) et d’asuras (démons) portant un naga géant, évoquant le mythe hindouiste du barattage de la mer de lait, est un moment magique.

Temple Banteay Srei - Siem Reap - Cambodge
Banteay Srei

Enfin n’oubliez pas que le guide, c’est aussi celui qui vous explique le pays, sa vie quotidienne, et vous donne les bons tuyaux. Il y a à Siem Reap de nombreux guides francophones et anglophones (les groupes Facebook évoqués ci-dessus vous en conseilleront). 

Et à part les temples, on fait quoi ?

Les locaux vous proposeront forcément d’aller visiter les villages flottants de pêcheurs sur le lac de Tonle Sap (le plus grand lac d’eau douce d’Asie du Sud-Est), voire de déjeuner chez l’habitant.

On n’a pas testé, mais on est un peu dubitatif quant à ce qui, sans garde-fou, pourrait s’apparenter à du tourisme spectacle.

Des éco tours

Nous vous recommandons donc Osmose. C’est une association pratiquant le tourisme équitable, qui organise des éco tours combinant visite de village et découverte de l’environnement. Car Tonle Sap est aussi un site de première importance du point de vue écologique, reconnu en tant que réserve de biosphère par l’Unesco en 1997.

Pensez également à :

  • une ballade à vélo dans la campagne ou autour des temples,
  • visiter des ateliers d’artisans (artisans d’Angkor, entreprise sociale avec une jolie boutique),
  • rencontrer les pachydermes de la Kulen Elephant forest, maison de retraite pour les éléphants rescapés de l’exploitation touristique,
  • assister à un spectacle du cirque Phare, équivalent cambodgien du cirque du soleil,
  • le musée national d’Angkor était encore fermé en décembre mais il est paraît-il remarquable.
  • plus sérieux : le pays a payé un lourd tribut aux mines antipersonnel, vestiges de la guerre du Vietnam et de la guerre civile des années 1970 et 1980. Le musée des mines antipersonnel, sur la route de Banteay Srei, permet de mieux connaître cet aspect de l’histoire d’un pays martyr.
  • avec des enfants, on pensera à visiter l’association Apopo, qui forme des rats à la détection de ces mines. Apopo vous propose même de parrainer un HeroRAT !

Et si le Covid passe par moi ?

Pas de panique ! L’isolement obligatoire pour 10 jours dans des lieux de soins au confort sommaire avait conduit le gouvernement français à déconseiller les séjours au Cambodge à ses ressortissants. Depuis fin janvier, changement de donne : il est possible de s’isoler à l’hôtel.

Delphine Reygrobellet

6 Commentaires

    • Merci beaucoup Alban pour votre commentaire. C’est une bonne nouvelle et nous avons mis notre article à jour.

  1. Bonjour,
    Tous les vols ne semblent pas être VTL, qu’est-ce que cela change, que ce soit pour l’arrivée au Cambodge ou le retour au SGP. Je n’arrive pas à trouver une information claire à ce sujet.

    Merci !

    • Bonjour, les vols VTL ne s’appliquent que pour le retour à Singapour. VTL signifie Vaccinated Travel Lane. Aujourd’hui, en prenant un VTL, on évite une période d’isolement strict chez soi (ou à l’hôtel)de 7 jours à Singapour. Dans le cas d’un VTL, cet isolement est remplacé par un PCR à l’arrivée suivi d’autotests quotidiens pendant 7 jours. Les sorties sont autorisées si le test est négatif. Un VTP ( Vaccinated Travel Pass doit être demandé avant de prendre un vol VTL. Les détails sont sur le site d’ICA : safetravel.ica.gov.sg

      • Merci beaucoup Val.
        Donc si le vol n’est pas VTL (la moitié des vols revenant de Siem Reap par exemple), c’est isolement de 7j.
        Merci encore.

        • Le Cambodge est en catégorie 2 donc c’est en effet un isolement de 7 jours. Mais il faut également demander une autorisation de retour si vous n’êtes pas Singapourien ou PR et faire un test PCR avant le départ et un à la fin des 7 jours d’isolement. Vérifiez bien la procédure sur le site safetravel.ica.gov.sg

Laisser un commentaire

Votre commentaire s'il vous plait!
Merci d'indiquer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.