Le compte à rebours est déclenché, plus que 121 jours et 5 minutes pour découvrir le Jurong Bird Park qui fermera ses portes fin décembre. Si d’ici là vous n’avez pas le créneau dans votre agenda, pas de panique ! Vous pourrez toujours retrouver les 3500 oiseaux de Jurong au zoo de Singapour et au Night Safari qu’ils rejoindront en janvier.

Ce serait néanmoins dommage de passer à côté de la visite du parc historique, le plus grand d’Asie dans sa catégorie, paraît-il…Nous y sommes allés ce weekend et nous vous donnons 5 bonnes raisons de nous y suivre !

Démouler Sam Sool du Canapé

Une balade qui ravira les petits et les grands et même les ados. Certes, il faut trouver l’espace entre 2 orages car la visite du parc est plus agréable au sec. Le soleil pointe son nez, faites la proposition à Sam Sool, dites-lui qu’Agathe Zeblouse y a alimenté ses comptes Insta et Tik Tok! Les oiseaux, c’est un excellent prétexte pour des reels ! Alors, on pose devant les flamants roses, on fait le kéké avec les perroquets et un tour derrière les vautours.

Sam Sool abandonnera peut-être son écran pour admirer sans filtre ces créatures auxquelles nul n’est insensible. Et il appréciera à coup sûr cette expérience immersive extraordinaire qu’offre le Jurong Park…

Entrer dans les volières

Vous avez toujours rêvé d’ouvrir la cage aux oiseaux, les regarder s’envoler parce que c’est beau ! Au Jurong Park, vous l’ouvrez et vous y entrez. C’est une expérience à 360 degrés, ça vole, ça piaille à gauche, à droite, devant derrière et même dessus et dessous. Vous pourrez vous équiper d’une petite mangeoire à manche pour attirer jusqu’à vous les plus belles créatures.

Mais même sans ce gadget, vous admirerez de très près de beaux phénomènes posés et posant sur les passerelles et les ponts de singe qui vous permettront de naviguer à hauteur d’oiseau ! La variété des plumes, des becs, des yeux, des pattes… vous laissera sans voix.

LIRE AUSSI : LES OISEAUX DE SINGAPOUR

Dénicher la future mascotte de la famille

Vous craquerez peut-être pour le flamand des Caraïbes, le pingouin d’Afrique ou le pélican plongeur dont vous trouverez une version en peluche à la boutique du parc ! Nous avons, nous, jeté notre dévolu sur le casoar, cet oiseau inapte au vol, originaire de Papouasie et dont la tête est pourvue d’un casque qui l’aide à se frayer un chemin dans les forêts denses. Animal tout droit sorti de la préhistoire, très peu regardé et pour lequel on a eu de l’empathie.

Par ailleurs, une belle métaphore pour la rentrée de notre Sam Sool à qui l’on souhaite d’avoir une tête bien solide pour l’année à venir !

Petite anecdote en passant, on nomme le Shako à plumes des Saint-Cyriens « le casoar » car à l’époque où il a été imposé -en 1855 – correspondait l’arrivée de cet oiseau à casque au jardin d’acclimatation à Paris. Et comme une petite histoire en amène une autre, nous vous signalons que le Casoar des Saint-Cyriens est aujourd’hui encore fabriqué à base de plumes de coq…d’Asie

Assister au show des rapaces

Outre les grandes volières, la plage des pingouins, la crique des pélicans, le bassin aux flamands roses, le Bird Park, c’est aussi des shows. Nous sommes arrivés un peu tard (le temps de décider Sam Sool…) pour voir tous les spectacles mais assez tôt pour assister au dernier de la journée : Kings of sky . Des chouettes , des vautours et des aigles se succèdent et offrent de belles démonstrations de leurs talents. Vous avez déjà vu ça mais on ne s’en lasse pas ! Vous admirerez encore une fois l’agilité des rapaces qui se nourrissent en plein vol ! Et vous ne manquerez pas de vous exercer à la maison avec des cacahuètes …on verra bien qui du faucon ou de Sam est le plus habile !

Pour une fois, prendre le train…

Pour les plus petits lassés de l’avion, mais aussi pour Sam Sool qui est fatigué, vous pourrez faire l’effort de prendre le (petit) train pour un petit bout de chemin… Histoire de faire plaisir aux enfants et de soulager les guiboles de Sam.

Toujours pour les petits mais pas pour Sam Sool (qui regrette peut-être d’avoir passé l’âge !), un tour au playground est incontournable surtout par grosse chaleur…Des jeux d’eau promettent une pause rafraichissante !

Vous pourrez donc passer largement  plus de trois heures dans ce parc qui offre de nombreuses activités et des ressources inépuisables pour les passionnés d’oiseaux… Cerise sur le gâteau, en quittant le parc,  au bord d’un des bassins qui ornent l’entrée (et la sortie !), vous verrez peut-être cet iguane louchant sur les carpes kois, dernier festival de couleurs avant le retour à la maison et l’apéro…Avec les cacahuètes !

Marie-Odile Genès

Laisser un commentaire

Votre commentaire s'il vous plait!
Merci d'indiquer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.