Singapour Live a vu trois spectacles qui dépotent. Si vous avez besoin de changer d’air, réservez vite fait le dernier d’entre eux toujours à l’affiche. 

Tartuffe par le Wild Rice : ça décape 

« Cachez ce sein que je ne saurais voir? » Au contraire! Au Wild Rice Theatre on vous le montrerait presque.
Avec son poil à gratter et sa pointe de provocation habituelle, la compagnie reprend sa version décapante du classique de Molière.
Qui certes demeure au 17e siècle et proche de Versailles, mais s’attaque clairement aux Tartuffes contemporains. Avec, cerise sur le gâteau, un final réécrit dans la veine du premier manuscrit de la pièce censuré par le Roi. Décor acidulé, mise en scène volontairement excessive, voire carrément border pour les standards locaux… Un spectacle sur-vitaminé, plein de surprises, sans doute libérateur mais surtout très drôle. Attention, on est loin de la sortie scolaire ! Classicistes invétérés et moins de 18 ans s’abstenir. Les premiers seront fâchés. Et les seconds, de toute façon, ne sont pas autorisés à entrer dans la salle.
À partir du 4 avril.
Durée 2h20. À partir de 18 ans.
Du mardi au samedi à 19h30, samedi et Dimanche à 14h30.
Funan, 107 North Bridge Road #04-08.
Réservations sur Wild Rice.

Hard Copy par The Theatre Factory : ça claque

Quatre poupées Barbie sixties coincées dans le huis-clos d’un bureau, forcément ça dérape, ça décoiffe et ça claque.
Inattendue, souvent cruelle, très amusante et au fond pas si loin de la réalité… La pièce d’Isabelle Sorrente explore au scalpel les entrailles du management bienveillant, de l’esprit l’équipe, la synergie vertueuse, tout en écornant au passage les chastes oreilles, mères de famille dévouées et autres épouses parfaites. Quand le vernis craque, c’est tout de suite moins beau, mais que c’est drôle ! Surtout quand l’ensemble est servi par la mise en scène de Mathilde Bagein, toujours dynamique, qui apporte juste ce qu’il faut de légèreté, d’humour et de rythme pour que le texte ne soit pas plombant ou donneur de leçon ! On adore son choix de scène « tri-frontale » qui permet aux spectateurs d’entourer le spectacle et y assister comme à un match de boxe.
Un spectacle créé en 2021, que le Théâtre Ensemble reprend pour quelques dates avec un quatuor de comédiennes drôlement sympa et au diapason : Mathilde Bagein, Amrita Bourdon, Mélanie Catteau et Shazia Dewany.
Du 21 au 24 mars. Durée 1h30. À partir de 16 ans.

Le Bal de Paris de Blanca Li : ça bluffe

Les expos en réalité virtuelle, vous connaissez. Mais avez-vous déjà franchi l’étape suivante : celle du spectacle vivant joué dans un monde virtuel, dans lequel vous êtes invité à vous immerger à la fois en tant que spectateur et acteur. Si la réponse est non, alors filez cette semaine vous offrir cette expérience assez incroyable, imaginée par la célèbre chorégraphe espagnole Bianca Li. Concrètement ?
Plongé dans le noir avec 9 autres happy few, on va d’abord vous harnacher des pieds à la tête de casques, de pod, de ceintures. Puis lumière. Vous voilà à Paris, dans un théâtre. Revêtu d’un magnifique avatar, mi-homme mi-bête, costumé en Chanel. Invité à pénétrer dans une grande salle de bal, à contempler le spectacle. Puis à le rejoindre. Pris par la main par deux danseurs professionnels qui vont vous entraîner à leur suite, sur scène, dans les coulisses, dans un jardin, au cabaret….
Au fur et à mesure des tableaux, les contours du réel et du virtuel vont s’estomper. Vous ne saurez plus qui vous serez mais vous aurez tout le loisir de toucher, danser, inviter ou tout simplement d’admirer les univers et les prouesses de la technologie contemporaine.
Un show d’avant-garde, récompensé à la Mostra de Venise en 2021, qui vous laissera comme un avant-goût de nos scènes futures.
Du 2 au 17 mars. Séances d’1h par groupe de 10 personnes. À partir de 12 ans.

LdR

Laisser un commentaire

Votre commentaire s'il vous plait!
Merci d'indiquer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.