Comment s’organise et se déroule cette période de réclusion cinq étoiles? Comment la préparer au mieux? En quelques commandements, des indications tirées de ma récente expérience.

SHN (Stay Home Notice) : depuis le 27 mars 2020, ces quelques lettres font frémir les candidats au voyage hors de Singapour.  En effet, dans le but de lutter contre l’importation du Coronavirus, le gouvernement impose désormais un isolement à toutes les personnes résidant dans la Cité-Etat, et de retour de l’étranger.

C’est la fameuse SHN, qui dans l’immense majorité des cas durera quatorze jours et, se déroulera dans l’un des hôtels réquisitionnés à cet effet (dedicated facilities en langage post-Covid). Seul le retour depuis quelques pays permet un SHN au domicile et/ou de sept jours seulement.

Vue depuis la chambre 1229 du Fairmont

Les huit commandements de la SHN

Le Dieu des Hôtels, tu prieras 

Dès l’arrivée à l’aéroport, vous êtes pris en charge. Un bus vous conduit jusqu’à l’hôtel auquel vous avez été affecté. Car on ne choisit pas son hôtel, et le gouvernement singapourien sait ménager le suspense: ce n’est qu’en arrivant à destination que l’on découvre où va se dérouler la SHN. La plupart des hôtels sont des 4 ou 5 étoiles, mais il y a des gagnants à la grande loterie des affectations. Outre la taille de la chambre, une fenêtre qui ouvre ou un frigo auront leur importance. Le jackpot? Une grande chambre avec balcon sur la ville (le Fairmont, le Swissotel Stamford), ou mieux encore, sur jardin et mer (le Shangri La Sentosa). Le Naumi est charmant mais les chambres sont petites. L’Ibis Budget, le Miramar ou le Rendez-vous Hotel sont moins agréables. Le plus retors: la chambre avec balcon, mais dont la porte est verrouillée ! (Festive Hotel à Sentosa).

Certains hôtels ont une vue dégagée
…et c’est chouette!

Vous pouvez demander une dérogation pour effectuer votre isolement à domicile, mais celle-ci n’est que très rarement accordée, généralement pour motif médical. La situation familiale est rarement un argument puisque des femmes enceintes, allaitantes, accompagnées de toddlers, ou même un adolescent seul, une famille avec quatre jeunes enfants se sont vu refuser la SHN « maison ».

À la gastronomie, tu renonceras

Les repas? Eh bien là encore, c’est un peu la loterie, les hôtels 5 étoiles ne sont pas nécessairement ceux qui vous nourriront le mieux. Ainsi, la restauration du Fairmont ne fait pas rêver: du riz, du riz, et encore du riz, du petit-déjeuner au dîner. Très peu de légumes. Quasiment jamais de fruits. Dans tous les cas, ne vous attendez pas à du haut de gamme : la nourriture est basique, servie dans des plateaux à compartiments en plastique. On est plus proche des repas en classe éco sur Air France que du room- service habituel. Pour ceux qui veulent égayer leur morne quotidien gustatif, il est toujours possible de se faire livrer par Le Petit Depot, GrabFood, Deliveroo

Un dîner au Fairmont

L’ultimate social distancing, tu pratiqueras

Vous ne verrez plus personne (mis à part vos amis ou collègues sur un écran, bien sûr). Personne ne pénétrera dans votre chambre. Les plateaux repas sont déposés et repris devant votre porte, vous en êtes avertis par un coup de sonnette. Les éventuelles demandes sont formulées par téléphone, Whatsapp ou mail, suivant les hôtels.  Il n’y aura pas de ménage. Certains hôtels déposent des serviettes de toilette et des draps propres devant la chambre à intervalles réguliers, mais pour ma part j’ai dû réclamer afin d’obtenir du linge propre.

Ton séjour tu prépareras

Connaître c’est dédramatiser. Vous trouverez facilement des témoignages sur la SHN sur internet, ainsi que sur trois groupes Facebook, principalement: Getting back home to SG, Singapore Hotel quarantine Information & Experience, et Getting OUT and Back to SG

Il est par ailleurs conseillé de constituer avant le départ un «kit de survie ». Y figureront utilement : un thermomètre; un couteau ; des lingettes désinfectantes ou de nettoyage (rappelons qu’il n’y a pas de ménage durant 15 jours);  des boules Quies pour les ouïes fragiles.  Si vous avez oublié quelque chose, et si vous avez un (des) contact(s) à Singapour, il vous reste,  l’option « appeler un ami ». Il sera autorisé à déposer pour vous des affaires à la réception de l’hôtel, Enfin, comme pour la nourriture, vous pouvez toujours passer commande en ligne.

À Big Brother tu te soumettras

Le contrôle est maximal durant la SHN. Vous avez l’obligation de télécharger l’appli Homer-App,  qui permet de vous géolocaliser. Matin, midi et soir, vous devez y entrer un selfie, votre température, et répondre à plusieurs questions sur votre état de santé (toux, nez bouché, difficultés à respirer etc). L’hôtel vous téléphone quotidiennement pour prendre des nouvelles. Les agents du MOM, craignant sans doute que je ne m’ennuie ou ne m’enfuie, m’ont par ailleurs appelée tous les jours pour me soumettre à un compliance check.

Récompense de mi-parcours.

Le swab test, tu subiras

Le 11ème jour, sentiments mitigés : enfin, une respiration, on est autorisé à sortir… Mais c’est pour subir un test PCR. Celui qui est fait à l’aide de très longs coton-tiges enfoncés dans  le nez pour un prélèvement naso-pharyngé. Il est au mieux désagréable, au pire, franchement douloureux.

On peut aussi faire coucou du balcon

Ta bourse tu délieras

La SHN est prise en charge par le gouvernement uniquement pour les singapouriens et PR ayant quitté Singapour avant le 27 mars, date de fermeture des frontières. Pour les autres (dont les EP et DP…), il faudra payer 2000 SGD pour l’hôtellerie et la restauration (pour une personne), et 200 SGD le test. À cela s’ajouteront les éventuels frais de blanchisserie. Si la nourriture de l’hôtel ne vous convient pas, et que vous vous faites livrer des plats depuis l’extérieur, n’espérez pas faire déduire de votre facture les repas non consommés : rien ne sera retranché du forfait prédéterminé.  À noter que ce coût n’inclut aucune boisson, pas même de l’eau minérale.

Ton mal en patience, tu prendras

La SHN, c’est la période du temps subi.  Celui tous les rendez-vous imposés qui rythment la journée : les repas (dur d’être réveillée à 7h dès le premier jour, alors que l’organisme est encore calé sur l’heure française, et que la journée à venir sera longue; pas très agréable non plus de ne jamais choisir l’heure à laquelle on mange) ; c’est également les trois créneaux pour envoyer le « rapport » sur Homer App; au Fairmont, il y a aussi midi, l’heure limite pour commander, sur l’appli dédiée, les repas du lendemain…

Mais le temps subi, c’est surtout celui de la quatorzaine. Arrivée le dimanche 30 août vers 17h30 je ne serai autorisée à sortir que le dimanche 13 septembre à 12h00…. si tout va bien, car la période peut  être prolongée en cas de test « non probant » (à recommencer) ou positif. Une personne testée positive le 11ème jour a témoigné sur Facebook avoir dû subir ensuite une période d’isolement de …32 jours.

Votre diplôme! YOU DID IT

Delphine Reygrobellet

Laisser un commentaire

Votre commentaire s'il vous plait!
Merci d'indiquer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.