Cloutée, trouée, brodée, plumée… La veste dans tous ses états, c’est à l’Alliance Française ! La galerie, toute de noir vêtue, offre un écrin merveilleux aux 42 pièces issues de la prestigieuse collection haute couture de David Tan. Pour les mettre en lumière, la curation du célèbre Leonard Augustine Choo dont nous connaissions déjà le talent pour le costume de scène. Nous découvrons ici sa passion pour la mode et ses enjeux sociétaux.

La mode homme, toute une histoire

La mode n’échappe pas aux secousses de l’histoire. La  Révolution Française a joué, dans ce domaine aussi, son rôle de grand égalisateur. Broderies, perles, dentelles et brocards au placard ! Et quelques années plus tard, tous au travail, tous en bleu d’usine.
A l’occasion de cette exposition, vous découvrirez le concept the great male renonciation défini dans les années 1930 par le psychologue Flügel qui explique comment le vêtement masculin a renoncé « au futile » pour n’être qu’utile. S’en est suivie une longue lutte, à partir des années 1960, pour retrouver de la couleur, de la fantaisie, du glamour… puisés bien souvent dans l’histoire. Tout n’est que recommencement!

Une expo en quatre espaces

Leonard Augustine Choo a tiré des penderies de David Tan 42 pièces qui nourrissent bien son propos. Car il veut nous montrer où et comment les grands noms de la mode puisent leur inspiration. Quatre thèmes ont été retenus, articulant l’exposition en quatre espaces :

Military où l’on apprend à quel point les couturiers sont encore sous l’influence du gambison,
Ornementation § décoration où le retour de la broderie, des plumes et des brocards ré-enchantent la veste,
Art où les grands couturiers rendent hommage aux grands peintres,
Deconstruction/reconstruction où la veste devient un terrain de jeu…

Ma sélection, pour vous Messieurs !

Leonard Augustine Choo incite à regarder ces 42 vestes comme des objets d’art… qu’on accrocherait volontiers aux murs de son salon. Pardon Leonard, je me permets, moi, de faire les courses, pour ces Messieurs qui nous lisent !

Sous les tropiques, je recommande…

De John Galliano chez Maison Margiela : une veste largement ajourée dont vous ne pourrez pas dire qu’elle vous tient chaud…Allez, on reprend ses habitudes parisiennes, on file au bureau, veste sur le dos !

Pour le nouvel an chinois, j’ai choisi…

D’Olivier Rousteing chez Balmain : une veste brodée de dragons et de fils d’or qui vous donnera des airs de matador… tellement viril.

Pour une étreinte, je retiens…

De Glen Martens chez Jean-Paul Gaultier: une veste trompe-l’œil qui donnera l’illusion à votre partenaire de se frotter contre un corps parfaitement dessiné…

Pour mettre Sam Soole au travail, j’achète…

De Rei Kawakubo chez Comme des Garçons, une veste dont vous découvrirez qu’elle cache une deuxième manche sous la première… bref deux bras, quatre manches, voilà de quoi les retrousser, hein Sam ?

Pour confirmer ma sélection, la contester ou la compléter, courez voir les vestes de La Veste. Et profitez des événements associés à l’expo. Des ateliers customisation animés par Leonard Augustine Choo lui-même et des séances ciné autour de la mode et de ses acteurs… A voir notamment le très beau documentaire Wonder Boy sur Olivier Rousteing d’Anissa Bonnefond que Singapour Live avait rencontrée l’année dernière.

Infos pratiques :
L’exposition : La veste, du 17 janvier au 16 mars 2024, à La galerie 2e étage
Du mardi au vendredi : de 13h à 19h30
Samedi : de 9h à 17h30
Customisation Workshops, les samedis 3 et 24 février 2024 – toutes les infos ici
Programme cinéma à découvrir ici.

Marie-Odile Genès

Laisser un commentaire

Votre commentaire s'il vous plait!
Merci d'indiquer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.