Sam Sool vire limite éco-anxieux. Il est temps d’agir. Fini la clim, l’avion, la piscine…Mais pas les vacances. Alors, pour la prochaine virée, direction Bintan où on abandonne les gros resorts au profit d’une expérience eco-friendly sur la côte Est. L’occasion de challenger les convictions de notre ado.
On a testé pour vous le Mutiara Beach Resort.

A une heure ou trois heures…du terminal de Bintan

A partir du terminal de Bintan, il faut compter une heure de route. Car le Mutiara se mérite. Une voiture peut vous être envoyée par le resort.
Sur le trajet, vous découvrirez les paysages de l’île dont vous ne connaissiez jusqu’à présent que le Nirwana ou le Club Med. La route serpente à travers des plantations, quelques villages et finit par longer la côte et ses maisons de pêcheurs. Mais la voiture, ça pollue ! Alors, si vous avez le mollet musclé, vous pouvez charger les vélos sur le ferry et faire le trajet à coups de pédale…Il vous faudra 3 heures et quelques bouteilles d’eau !  Mais au bout, la récompense. Une vraie pause au son des oiseaux et du clapotis des vagues.

Au milieu des cocotiers

Marc, le propriétaire des lieux,  a planté au bord de la mer et au milieu des cocotiers une quinzaine de jolis bungalows dans le style du pays. Pas de clim, mais une aération naturelle et un ventilateur au plafond pour rafraichir l’atmosphère de la chambre. Des lits fermes, équipés de moustiquaires.  Un mode d’emploi et des outils pour lutter contre les indésirables : les moustiques, les sandflies mais aussi les serpents, les singes dont Sam a eu l’idée de provoquer le junior de la bande. Le senior a rappliqué, Sam s’est écrasé et tout est rentré dans l’ordre.

 A l’arrière des bungalows, des douches au grand air, à l’abri des regards… même si les  primates du coin ont leurs astuces pour se rincer l’œil. Au robinet, pas d’eau chaude. Une douche à température ambiante, c’est plus sain et plus écologique.

Sur la véranda, un salon de jardin invite à la détente, et un hamac au farniente. Sam l’a usé jusqu’à la corde…Le silence, la vue sur le jardin et la mer suffiront sans doute aux adeptes du slow travel.

Bengalow, presque les pieds dans l’eau

Un restaurant couleur locale

Le petit déjeuner est compris dans la nuitée. Pas de buffet, un bon moyen d’éviter le gâchis alimentaire…L’écolo qui sommeille en vous adhère. On vous propose des crêpes, des toasts, des œufs et des fruits accompagnés d’un kopi  car au Mutiara on est couleur locale jusqu’au café.  Thé et milo sont aussi à la carte! Vous pourrez déjeuner et diner sur place au milieu des cocotiers ou sur la plage. La carte du warung est locale et plutôt riche mais le cuisinier peut rentrer bredouille du marché et réduire le choix. En revanche, tout ce que vous mangez au Mutiara est toujours frais et cuisiné le jour même.
Le soir, Sam peut renouer avec la cuisine western…Car en fin d’après-midi, on s’active autour du four à pizzas : préparation de la pâte et des tisons. Promesse d’un dîner qui fera consensus !

Pour accompagner vos repas, pas de vin mais des noix de coco dont il faut impérativement profiter car, au Mutiara, elles passent de l’arbre à l’assiette en un temps record !

Oui, oui, c’est bien la salle du restau

Un spa qui vous laisse baba

Dans ce havre de paix, Marc a eu la bonne idée d’installer un spa. Au milieu des cocotiers , coule une rivière de laquelle émergent quatre cabanes sur pilotis…. Ici, le personnel parfaitement formé dispense des soins exceptionnels au son du gargouillis de la rivière et du chant des oiseaux. Nous avons testé, sur les recommandations de Marc, le Riaubooster, un massage traditionnel d’1 heure qui  a été d’une efficacité redoutable…Longue sieste dans la foulée ! Sam n’a jamais été aussi détendu…on n’aurait peut-être pas dû.

Et à part ça, on fait quoi au Mutiara ?

Au Mutiara, on se laisse vivre, on profite de l’espace, du silence,  du jardin, de la longue plage…de la mer. Quelle que soit la saison, elle a toujours quelque chose à nous offrir. Elle est agitée ? Tant mieux, Sam aime les vagues et c’est beaucoup plus drôle de faire du canoé dans ces conditions. Elle est calme ?  On s’essaie au paddle, on découvre le petit récif coralien à quelques coups de pagaie de la plage et on tente une sortie pêche avec les locaux…Marc vous organisera ça. Mais il faut que les conditions météo le permettent. Au Mutiara, c’est la nature qui choisit !

Le bar sur la plage….(photo site web Mutiara Beach Resort)

Le Mutiara, c’est pour qui ?

C’est sans aucun doute pour Sam et Agathe, ils aimeront l’expérience authentique et le voyage en conscience, alignement total avec leurs convictions.
C’est pour ceux qui frisent le burn out, qui veulent faire une pause loin du fracas du monde et de l’hyper connexion. Marc dit avoir parmi ses fidèles des cadres de la Silicon Valley qui viennent au Mutiara pour des séjours longs… et réparateurs ! Mais c’est aussi pour les travailleurs nomades qui aiment le roulis des vagues… On y a rencontré Jo, kitesurfeur le jour, et trader à la tombée de la nuit. On l’a vu dans son hamac, son PC sur les genoux, un écran à gauche et un autre à sa droite…Jo vendait peut-être des noix de coco.

Elle vous attend…

Nos conseils :

  • Apporter du spray anti-moustiques
  • Rester au soleil sur la plage, les sandflies sévissent plutôt à l’ombre ! Graisser la peau régulièrement pour éviter qu’elles ne vous dévorent… trop. Si vous êtes piqué, appliquer un gel antiseptique dès que les boutons apparaissent afin d’éviter l’infection.
  • Apporter quelques bouteilles si vous ne concevez pas les vacances sans votre coup de rouge
  • En pleine saison, réserver votre soin à l’avance

Tarifs :

  • Une nuit en chambre double : 85 SGD
  • Un massage de 60 minutes : 40 SGD

Et pour plus d’infos, visiter le site du Mutiara beach Resort ici.

De Singapour, par la mer, il y a aussi Rawa. Plus d’infos ici.

MOG

Laisser un commentaire

Votre commentaire s'il vous plait!
Merci d'indiquer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.