L’année du dragon arrive à grandes griffes ! Alors, on a une pensée pour tous les dragons : un boss, un prof, une belle-mère… mais aussi un fruit trop souvent méprisé.
Il est temps de rendre hommage au dragon fruit, appelé aussi Pitahaya. Retour sur l’origine, les atouts, la consommation de ce petit miracle de la nature !

De l’Amérique à l’Asie, le grand voyage du dragon fruit

Vous le voyez partout en Asie du Sud-Est et à Singapour dans les rayons de votre supermarché. Rien d’étonnant puisque le premier pays exportateur de ce fruit à la belle écorce est le Vietnam. Il y aurait été introduit par des missionnaires français au 19e siècle. Mais à l’origine, il vient des zones arides des pays d’Amérique Centrale et du Sud (Guatemala, Mexique, Colombie, Equateur…) où il est appelé Pitahaya. Qui, dans la langue du peuple Taino des Caraïbes, signifie fruit à écorce. Les Vietnamiens l’ont baptisé than long, en Français fruit du dragon. Une allusion à l’allure du cactus qui porte ce fruit merveilleux…

L’hylocereus, génial cactus

Les dragon fruits proviennent des hylocereus, une variété de cactus dite hémiépiphyte. Ces plantes ont besoin d’un support pour grandir, dont elles se libèrent une fois que leurs racines, poussant du haut vers le bas, atteignent le sol et y puisent des ressources.

Le cactus hémiépiphyte

Prospèrant en milieu aride, Les hylocereus ne sont pas gourmands en eau. Une espèce fruitière pleine de promesses alors que le climat se réchauffe ! Pour cette raison sans doute, de nombreux pays s’intéressent aujourd’hui à la production du dragon fruit : Israël, l’Australie, et même l’Espagne. Le monde sera bientôt plein de cactus et il sera possible de s’asseoir dessus…Car les hylocereus ne portent pas d’épines : un véritable atout pour la cueillette!

3 couleurs, 3 variétés

  • Le dragon fruit rouge à chair blanche : plutôt de forme ovale, chair un peu gélatineuse et très rafraichissante avec des graines noires,  texture et goût du kiwi.  Sans doute le plus répandu sur les étals. Dans les rayons de tous les supermarchés, souvent moins cher qu’au marché.
  • Le dragon fruit rouge à chair rouge : plutôt de forme ronde, chair peu gouteuse avec des graines noires. La couleur de sa pulpe, qui tend vers le violet fluorescent, en fait toute sa singularité ! On le trouve plus facilement au marché qu’en supermarché.
  • Le dragon fruit jaune à chair blanche : de forme ovale, bosselée d’excroissances. Sa chair blanche translucide sucrée et parfumée en fait le meilleur des dragon fruits (mon prèf !). Vous le trouverez plutôt au marché (de Tiong Bahru), souvent vendu à l’unité… Et comme tout ce qui est bon a un prix, il est nettement plus cher que les dragon fruits rouges. Compter 7 à 8 SGD par pièce.
Du blanc, du rouge…et du jaune !

Tout pour être belle (ou beau…)  et en bonne santé

Mangez du dragon fruit ! D’abord parce que c’est un fruit plaisir et peu calorique (un peu comme le pandan chiffon cake coté pâtisseries !) Mais surtout parce qu’il est gorgé de nutriments et de vitamines. Des anti-oxydants pour fortifier le système immunitaire, du magnésium pour renforcer les os, du fer pour agir sur le métabolisme et la croissance, de la vitamine C pour stimuler la production du collagène (adieu les rides!).
Mais aussi des fibres qui agissent comme des prébiotiques et des graines riches en omégas 3 et 9 pour lutter contre les problèmes cardiaques. 

Comment le déguster

Comme un œuf à la coque :  couper le fruit en 2, dans le sens de la longueur et le creuser à la petite cuillère.
Comme une banane : facile à peler, le fruit se « décalotte » et se croque !
Dans une salade de fruit : se marie bien avec des fruits exotiques mais aussi avec des fraises et des framboises.
Veiller à le consommer toujours très frais.

Et sinon, à quoi sert le dragon fruit ?

Des plantes grasses sur la terrasse

Récupérer toutes les petites graines noires d’un dragon fruit.  Les placer dans un ziploc entre deux feuilles de sopalin humidifiées. 15 jours plus tard, mettre en terre les graines germées. Le climat de Singapour se prête à merveille à ce type d’expérience. La touffeur ambiante vous dérange, mais arrange bien le jardinier qui sommeille en vous… Vous verrez, les cactus vont très vite vous envahir !

Dans la vie, y’a qu’des cactus…

Indispensable kit de survie

Gorgé d’eau, particulièrement désaltérant, on l’appelle aussi le fruit du naufragé du désert. Il faut toujours avoir un dragon fruit dans sa poche… Si vous envisagez la traversée du Gobi, pensez-y !

De la couleur dans les verres et les assiettes

Des glaçons roses, décor idéal pour des cocktails

Mixer la pulpe rouge du dragon fruit, ajouter de l’eau et verser la préparation dans des bacs à glaçons. Laisser prendre 2/3 heures et le tour est joué.

Une glace rouge à la banane

Mettre des bananes au congélateur la veille. Le lendemain, les mixer avec un peu de pulpe rouge de dragon fruit. Remettre le tout au congélateur. Sortir la glace quelques minutes avant de servir. Un vrai casse-tête pour vos invités : « Une glace rouge qui n’a ni le goût du cassis, ni le goût de la fraise ? »

ET puis si vous devenez fan inconditionnel de ce fruit, vous pouvez vous en offrir un très beau spécimen… qui traversera le temps et l’espace. Un souvenir à rapporter de Singapour peut-être.
Vous le trouverez au B1 du magasin Tang au rayon vaisselle. Une faïence fabriquée au Portugal qui attend peut-être de revenir en Europe!

Il vous attend pour son voyage retour

Marie-Odile Genès

Laisser un commentaire

Votre commentaire s'il vous plait!
Merci d'indiquer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.