On vous raconte une belle aventure, qui finit bien puisque Julien est arrivé à vélo sur notre île, début janvier, après un périple de 8 mois dans la région.

Julien, tu nous fais rêver !

Agé de 27 ans, le mollet agile et le mental courageux, armé de son vélo et de sa tente, Julien nous fait rêver. Nous qui circulons souvent « motorisés » et en tribu.
On avait rarement pris le temps d’imaginer la chose : mais oui, c’est possible de voyager pas cher, de se promener dans des pays de la région au rythme du pédalier et des paysages, croisant les averses autant que les chiens errants.
Grâce à Julien, on se représente différemment la nature. Rousseau aurait été aux anges de le rencontrer!

Explorer le monde à vélo, c’est la liberté à l’état pur. Rien ne vaut le bonheur de sauter en selle et de partir à la découverte de paysages variés, de nouvelles cultures, en toute autonomie. On aurait bien voulu s’y mettre mais on a peur de réveiller notre arthrose… On se contentera de visualiser l’aventure à défaut de s’y soumettre!

Comment commence cette histoire

Depuis 2019, son envie de pédaler est impérieuse. Il a pris la vie par le guidon pour aller de Lille à Copenhague avec un copain, en un mois. Puis c’est devenu un projet estival annuel. L’Islande s’est offerte à ses roues, et enfin est venue l’envie de connaitre le pays des Mangas.
En mai 2023, Julien pose un an de congé sabbatique, met son vélo Decathlon ( vive la France!) en soute et part pour la Corée afin de parcourir un bout d’Asie à deux roues. Son paquetage comporte une tente, pour oser le camping sauvage coûte que coûte, et des dizaines de podcasts, riches en infos pour raccourcir les distances. Un vrai challenge sportif, l’envie de se dépasser : découvrir ses extrêmes à lui tout autant que l’Extrême-Orient.
Ce qui lui aura manqué au final ? Ahahah, c’est la nourriture française, et les amis, la famille. Comme pour nous, ceux qui vivent ici et qui ne pédalent pas forcément. On se croit différent, mais on est pareil !

Son parcours de la Corée à Singapour

La Corée est le pays des cyclistes ; très simple d’y circuler à vélo. Le gouvernement s’en est chargé en créant un carnet à tamponner au gré des pistes, avec à la clef une médaille à gagner. Le jeu est grisant. Notez aussi que les Coréens campent beaucoup!
Le Japon est lui aussi très accessible, mais il faut aimer les sommets. La montagne, c’est vraiment dur, ça se mérite. Les locaux viennent saluer les exploits, ils se montrent encourageants et généreux. C’est le pays coup de cœur de Julien. Il adoooore.
Au Vietnam, ça se complique. La circulation est dense, bruyante, animée. Les routes sont mauvaises, polluées et jalonnées de déchets. Les habitants lui réclament de l’argent et les chiens le font sursauter. Il lui a fallu parcourir 400 km supplémentaires pour passer la frontière vers le Laos. Le poste frontière annoncé en ligne comme étant ouvert s’est révélé fermé. Bien que pauvre et cabossé coté asphalte, le Laos est une belle étape mais il y réalise que son vélo est bien trop lourd…
Julien atteindra une moyenne de 110 km par jour en Thailande, dérangé par les chiens toujours plus agressifs. Ces derniers montrent moins les dents en Malaisie, pays qui abrite de bons cyclistes, passionnés et sympathiques. Julien y fêtera son anniversaire… La promenade se termine à Singapour, confortable mais tellement chère… Cela vous étonne?
Ainsi s’achève une belle épopée de 12000 kms, qui lui aura couté 20 000 Euros, en 8 mois. Il aurait pu pédaler encore, en Indonésie par exemple. Mais les sous manquaient plus que la motivation : ça vous laisse perplexes n’est-ce pas??? Va falloir l’aider à trouver des sponsors, qu’en pensez-vous?

Les recommandations de Julien

Quelques conseils pratiques

Chaque itinéraire comporte ses difficultés, il faut songer à planifier son voyage, notamment la distance, le dénivelé total et le revêtement de la route.
Songez à l’avance aux meilleurs sites à voir et aux collations à déguster en cours de route.
Si vous vous rendez dans une région isolée, pour faire face à la grande majorité des situations, il faut apprendre à réparer les crevaisons et à régler vos freins, y compris à remplacer les blocs, ainsi qu’à maintenir votre chaîne et vos pignons propres et lubrifiés.
Pour les voyages vraiment longs, les problèmes mécaniques les plus probables sont des rayons cassés et des vitesses qui sautent. Les pneus increvables peuvent être un bon investissement. Si vous prévoyez de faire du cyclotourisme sauvage et responsable, vérifiez les règles locales avant de partir et assurez-vous de ne laisser aucune trace pendant votre séjour. Vous ne devez gêner personne et ne rien laisser derrière vous.
Ne vous surmenez pas et terminez avant la nuit ! 60 km par jour suffisent généralement. Lol!
Emportez beaucoup d’eau et de la nourriture. Gardez vos objets de valeur dans un sac que vous pouvez facilement emporter avec vous lorsque vous garez le vélo.
Les normes de conduite varient dans le monde entier, en particulier la nuit ou sur les itinéraires empruntés par les camions ; consultez les blogs et les sites web pour obtenir des conseils locaux !

L’équipement

Pour toute randonnée, il est utile d’emporter : un petit outil multiple comprenant des clés hexagonales et des tournevis, un flacon de lubrifiant pour chaîne, un kit de base pour réparer les crevaisons, une pompe compacte et une chambre à air de rechange. Vous pourrez ainsi régler la plupart des problèmes.
Sur le vélo : des sacoches avant et des élastiques pour attacher des objets au porte-bagages arrière ; sinon des sacs à dos fixés au cadre et au guidon du vélo.
Pour le camping, prévoir une tente légère, un sac de couchage et une doublure, de la nourriture, de l’eau et des ustensiles de cuisine.
Il sera précieux d’utiliser une application qui permet de télécharger des cartes et de travailler hors ligne, ou sinon vous allez dépendre de données mobiles coûteuses dont vous ne pourrez pas toujours disposer. De bonnes cartes sont essentielles pour éviter les autoroutes dangereuses ; les petites routes sont souvent plus intéressantes.

Auto-critique et motivation

C’est au versant impatient de votre personne qu’il faut parler ; lui dire de se calmer, de se recroqueviller. On aura sa peau, c’est tout vu. Va falloir s’armer de patience, et d’une bonne playlist.
En selle, pas le temps de déprimer. Avec ces myriades de dénivelés qui rejaillissent sans arrêt, ces kms en pagaille que vous devez avaler, vous allez être en auto-stimulation permanente. Vous allez trouver votre rythme à vous. Votre motivation va se calibrer sur les horaires des pauses, des repas, ou de la beauté des sites.
Avec tout ce lot d’émotions contradictoires qui naissent tandis que vous serez dans un pays qui n’est pas le vôtre, face à un bitume que vous ne connaissez pas et un objectif ambitieux… Quoi, vous pourriez vous sentir abattu ? Découragé ? Inutile ? Que Nenni!
Vous appartiendrez au clan des cyclistes du monde entier, tous ensemble solidaires devant le guidon. C’est une action commune et collective. On fait tous UN contre le fléau de la motorisation et de la pollution.

Les mollets peuvent vous sauvent la vie, tout autant que vos idéaux???
Vos grandes priorités sont et resteront les indispensables : sommeil, alimentation, amour de votre engin, sport et découverte. Vous ferez en sorte de repérer votre détresse: on n’évacue pas les montées d’aigreur, les coups de blues, les coups de gueule, les colères brutales, les envies de tout jeter par dessus le guidon.
On les considère et on convertit ces déferlantes : toujours utiliser la force du courant pour entasser les km jusqu’à l’épuisement. Parfois demeurera le sentiment d’être dépassé :face à une chaine de montagnes vietnamiennes, des pics nippons, et toute péninsule à contourner ou à escalader. Faudra alors se nourrir de belles rencontres : demander de l’aide, saisir une main, contempler un sourire, siroter une boisson énergisante offerte par un admirateur et profiter de ce que la grande famille des cyclistes offre. Vous commencerez à penser au périple suivant, avec des cyclistes rencontrés en route.

Easy trip les riders !

Bonne route retour Julien !

Le blog de Julien :
www.polarsteps.com/julientrips
Instagram @wasacooki62

Quelques sites intéressants à consulter avant de prévoir votre voyage :

bicycletraveler.bicyclingaroundtheworld.nl
Magasine gratuit disponible en ligne pour vous faire rêver

bikepacking.com
Des informations intéressantes pour aller hors des sentiers battus

tomsbiketrip.com
Des conseils pour choisir votre vélo, des accessoires et les routes

travellingtwo.com
Un couple qui partage ses aventures de voyage au travers du globe

womencycletheworld.org
Des histoires de vélo vues par des yeux féminins

A lire, un autre exploit sportif, le marathon de Marguerite.

Macha MERCKX

Laisser un commentaire

Votre commentaire s'il vous plait!
Merci d'indiquer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.