Vous rêvez de tout larguer pour un tour du monde d’un an en famille. Avant de mettre en route le fabuleux projet, commencez par le tester sur quelques mois… Une expérience enrichissante qui vous permettra de visualiser vite fait si vous êtes taillés pour le long trip.
Séverine, Française installée à Singapour, a tenté l’aventure dans la région avec son mari et ses enfants. Elle nous a raconté.

La genèse

Séverine et son mari sont deux bosseurs, du style addict et passionné.
Lui, salarié dans une boite singapourienne, ne s’est jamais offert plus d’une semaine d’affilée pour souffler (excepté en honeymoon).
Elle, à son compte, s’octroie un peu plus de pauses pour s’occuper des deux enfants qui sont en primaire à l’école française… donc en vacances toutes les 6 semaines!
Chez eux, c’est toujours actif. Les week-ends, c’est sortie, balade, sport, jeux et éveil culturel. Les vacances et les voyages, idem : efficaces, organisés, maximisés et jamais longs. Merci à maman qui a tout prévu en amont. Ça tourne et tout le monde est content.

N’empêche que Séverine, elle adore se balader en vacances avec les enfants. Et plus les années à Singapour défilent, plus les voyages rapides dans le coin ont un goût de trop peu.

Alors, quand un jour elle propose à son mari de partir en famille carrément plus loin et plus longtemps… il manque de s’étouffer.
« 1 an autour du monde? No way. »
« 6 mois en Asie? Non plus ».  
« 4 mois, can? »
Cette fois, c’est le patron singapourien qui en perd son Singlish.
« – C’est quoi cette histoire lah?
– Ben… en France, ça peut se faire, comme une césure.
– C’est un truc d’Européen, ça! Ici t’as un boulot, tu crois que t’as le temps d’aller voir ailleurs ? »

Deal final. Il aura 2 mois off. Avec un peu de boulot à distance.
Séverine, pragmatique, considère que c’est déjà une victoire pour un salarié en contrat local. Et puis, en jouant sur les jours fériés, les week-ends et en imaginant des allers-retours depuis Singapour, y’a moyen de tirer vers les 3 mois…
Reste plus qu’à prévenir l’école. Et c’est parti !

Le projet

Temple, Shibaoshan, Chine. ©KiddoTrip

S’évader pour un long voyage c’est beau. Mais encore faut-il s’entendre clairement sur l’objectif et être béton sur la préparation. Surtout quand on part avec ses enfants de 6 et 9 ans, loin des années routardes étudiantes où tout semblait easy & on the go. Où, dans quel but, comment, avec quels financements, quel programme… Le Projet ! C’est le pilier de l’histoire. Et l’occasion d’une première négo‘ en couple, qui représente déjà un test de faisabilité au voyage.

Chez Séverine, ça se passe plutôt bien et vite.
Elle se chargera de l’orga’ (comme toujours!). Ils partiront en Asie, sur des destinations lointaines ou qui se visitent difficilement sur moins de 15 jours. Avec un programme détaillé et une formule qui leur ressemble : road trip, rando, culture, nature, séjours chez l’habitant, conso’ locale. Pas question de resort ou d’hôtel de luxe. L’idée est de découvrir, s’instruire, s’ouvrir les yeux, maximiser les rencontres avec les « vrais » gens.
Côté finance, le couple gagne bien sa vie et a des sous de côté. Ce qui ne l’empêche pas de planifier un vrai budget et rester raisonnable, surtout quand il faut continuer à payer les coûts fixes de Singapour pendant l’échappée.
Surprise, c’est avec l’école que c’est un peu plus compliqué… quand il s’agit de déscolariser ses enfants sur deux mois, même au motif d’un projet familial et culturel, en s’engageant à finir le programme, en emportant les fiches de la maîtresse.
« Avis à ceux qui voudraient tenter, a fortiori avec des collégiens : prenez de l’élan, travaillez votre argumentaire et concertez-vous au plus tôt avec le(s) professeur(s). »

Le voyage

L’Asie-Pacifique, ça fait rêver. Pas évident de choisir entre les pays qui donnent envie, surtout sur 3 mois. Après réflexion, Séverine et sa famille optent pour 4 destinations : Australie, Chine, Sulawesi (Indonésie) et les îles sous le vent en Polynésie Française.

Leurs coups de cœur ? 

Randonnée dans le centre rouge, Australie. ©KiddoTrip

L’Australie de l’Outback et du territoire Nord. 
Première étape du voyage, 3 semaines en camping-car. Road Trip du Red Center à Darwin. Les enfants ont adoré, le voyage archi-nature, « Fun », la culture aborigène, les parcs nationaux, le changement de paysage radical, les grands espaces, les canyons, les animaux. Et puis cette sensation d’indépendance, de liberté, même en randonnée… Voyage à gros budget, mais unique.

Shiguzhen, Chine. ©KiddoTrip

La Chine
2 semaines dans le Yunnan. 1 semaine à Pékin. Coup de foudre de Séverine pour ce pays qui peut avoir mauvaise réputation et pourtant superbe. Peu fréquenté et mal connu des touristes européens. Culture millénaire, nourriture délicieuse et pas cher. Très organisé. Très propre. À la campagne, une nature incroyable et par endroits, dans des régions plus reculées, des infrastructures meilleures que dans certains pays d’Europe du Sud ! Souvenirs de balades magnifiques à pied, en train, en bus, en randonnées dans les Gorges du Tigre. Interdit de dormir chez l’habitant là-bas. Mais de jolies rencontres. Point plus nuancé toutefois pour Pékin, ville magnifique mais fatigante, compliquée, difficile à vivre pour les enfants. La Journée à la Grande Muraille a offert une pause salutaire.

Des moments plus mitigés ?

Les maisons Tongkonan, Sulawesi, Indonésie. ©KiddoTrip

Le Sulawesi :
2 semaines dans la belle île indonésienne, dotée d’une forte identité culturelle, restée authentique mais beaucoup moins évidente pour circuler. Des heures de route, de longs trajets, très fatigants. Et un guide sur place pas forcément au top de ce qu’ils attendaient.

Bora Bora, Polynésie Française. ©KiddoTrip

Tahiti et les îles sous le Vent: Décor de rêve, eau cristalline, plongées masques et tubas magnifiques, paysages de carte postale… Mais au final, une destination moins dans le style de la petite famille. Très touristique, moins authentique pour un gros budget. Et puis le Pacifique, c’est déjà autre chose. Si c’était à refaire, pour l’unité du voyage, elle aurait choisi une autre destination… en Asie.

Au retour

Quelques difficultés traversées bien sûr
La cohabitation rapprochée sur 3 mois, une première. Et l’une des choses les plus difficiles à vivre ! D’ordinaire, chacun a sa vie, ses occupations, son espace. On a plaisir à se retrouver en fin de semaine. Vivre ensemble en permanence, même si on est actifs et en plein air, ça crée des tensions. On se lasse les uns des autres. Les enfants se disputent tout le temps. Les parents ne supportent plus de gérer les conflits. Souffrent de ne jamais pouvoir se retrouver entre adultes, voire tout seul. Ce point a été le plus compliqué : pour l’instant, Séverine et son mari ne se voient pas repartir… pour 1 an!

Du grand … au petit espace de vie, dans l’Outback, Australie ©KiddoTrip

La gestion sur le long terme. Au départ, les enfants sont super excités. Au bout d’un mois et demi, ils en ont assez de voyager. Ils ont besoin de retrouver leur rythme, leur vie. Au final, ils se sont amusés mais ont eu des coups de mou, regretté leurs copains, rêvé de fêter les anniversaires. Il a fallu les aider à affronter. 

Mais au final

Une superbe expérience familiale sur trois mois, sans le bouleversement du break d’un an.
Des moments très intenses, des rencontres très fortes, des souvenirs à foison.
Séverine a vu ses enfants gagner en maturité, se responsabiliser, ouvrir leurs yeux sur le monde.
Un très beau voyage qui a permis à Séverine de concrétiser une part de son rêve en famille… tout en réalisant que faire le tour du monde avec des jeunes enfants, ce n’est pas toujours aussi facile qu’Instagram veut bien le montrer !

Qui rencontre qui ? Au Sulawesi ©KiddoTrip

Vous rêvez de faire pareil? 
Quelques conseils d’amis d’ici le départ

Si vous hésitez, si ça vous titille, n’attendez pas, tentez l’expérience.
Sinon ça n’arrivera jamais et vous resterez sur un rêve que vous n’avez pas tenté.

Pour Séverine, c’est clair, l’Asie du Sud-Est avec les enfants, c’est un excellent choix pour le voyage en famille.
C’est facile à organiser, sans forcément avoir un gros budget. Les gens sont gentils. Souvent, il n’y a pas trop de vaccins et les climats sont propices en bonne saison.

Un conseil avant de bâtir le projet…

Randonnée, Wumu, Chine. ©KiddoTrip
  • En couple, soyez assurés d’être solidement soudés avant de vous lancer. Certains sont tentés de partir pour remédier à une crise, changer d’air ensemble et se réconcilier ailleurs. Mais c’est un leurre. Le voyage est une épreuve. Les sujets ressurgissent directement.
  • Il ne s’agit pas juste d’un long voyage. Il s’agit d’un véritable projet familial. Partez avec vos enfants… si vous cherchez sincèrement à construire quelque chose avec eux. Et si vous êtes préparés à les avoir 100% du temps à vos côtés. La cohabitation et la durée sont de véritables tests. Si votre projet est perso, si vous n’êtes pas prêt à tout donner et souvent concilier, si de leur côté vos enfants ne sont pas prêts à faire d’effort, s’ils traversent une crise au moment de partir, si vos relations sont tendues… alors réfléchissez bien avant de vous embarquer. Vous risqueriez de rentrer en courant.
  • Pensez votre voyage à deux, mais prévoyez de construire un programme pour 4 (ou plus!), en mettant tout le monde au centre. Du culturel oui, mais aussi du ludique et en impliquant les enfants. La nature et la détente oui, mais sans oublier le côté découverte à hauteur d’adulte. Pour vous inspirer, n’hésitez pas à piquer dans les blogs, les réseaux ou les Facebook des familles qui sont parties pendant un an, qui font des tours du monde.

Sur place :

  • « Digital nomad », ça ne marche pas franchement. N’imaginez pas de travailler sur place. Les connexions ne sont pas toujours top. Travailler avec ses enfants à côté, c’est difficile. Et vous risquez de passer à côté de l’esprit du voyage : pause familiale, évasion de la vie ordinaire, expérience alternative. Si vous devez vraiment travailler, repensez le concept!
Homeschooling dans la voiture…
dans le train…
  • Avec vos enfants, privilégiez le temps masqué. Profitez des transports, des heures de train, de voiture et d’avion pour le temps de travail scolaire.
  • Maintenez un rythme proche du rythme ordinaire de vos enfants. Par exemple, prévoyez d’étudier 5 jours sur 7, tous les matins, en se levant de bonne heure. Sans repère, genre vacances éternelles, les enfants sont rapidement perturbés. Et ça peut peser.
  • Prévoyez d’entretenir sans cesse la curiosité de vos enfants, d’utiliser tous les stratagèmes : mettre des carottes, rendre les moments ludiques, créer de la variété dans les activités, responsabiliser, stimuler, inventer des chasses aux trésors en ville… Ne jamais lâcher.

Pour la préparation :

Avez-vous pensé à la trousse médicale ? Jellyfish lake, Togean Island, Indonésie. ©KiddoTrip
  • Un peu court de passer 15 jours dans un pays. Cela peut être frustrant. Le bon timing, c’est plutôt 3 semaines. Surtout si vous aimez le slow-travel
  • Budget : panachez votre voyage entre pays « chers » et pays où le coût de la vie est plus abordable (pas difficile à trouver dans la région). Voyagez en trains, en transports publics, panachez avec les transports privés, guides et découvertes en solo…
  • Renseignez-vous sur les connexions internet et mobile, en fonction des pays, pour bien choisir les options :  satellite, data en roaming ou Sim locale (en Chine, c’est une très mauvaise idée, beaucoup d’applications sont bloquées).
  • Gare à la valise (ou le sac de 40L si vous êtes rando). Une véritable prise de tête quand on fait plusieurs pays en même temps. Du chaud, du froid, un gilet…  Prévoir de n’avoir pas beaucoup de place et …  de se trouver des endroits où faire sa lessive.
  • Pensez également à votre assurance santé, à la trousse de secours, à l’anti-venin en Australie. Et à réserver des endroits où vous cuisinez vous-même, parce que les restaurants tous les jours, ce n’est pas possible sur le long terme !
  • Sollicitez des guides locaux pour préparer en amont le programme et gagner du temps sur place, surtout pour les destinations reculées où il est difficile de glaner des infos, mais facile de passer à côté ou tomber dans les pièges. Attention, soyez très ferme et précis sur la commande au départ, ça évite les mauvaises surprises.

Propos recueillis par LdR

Séverine est également la créatrice des visites en famille KiddoTrip. 
N’hésitez pas à visiter le site internet KiddoTrip et son compte Instagram pour suivre ses conseils et ses aventures.

Laisser un commentaire

Votre commentaire s'il vous plait!
Merci d'indiquer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.