Vous venez d’arriver à Singapour. Les cartons suivront lorsque le transporteur aura un créneau de libre. Les enfants sont rentrés à l’école. Après tous ces mois d’anticipation et de stress – déménagement, garde meubles, location de votre ex-résidence principale, casage des enfants, sans en oublier, récupération des petits, sans en oublier, adieux à la famille, aux amis, aux collègues et à nouveau la famille (on se voit à Noël -mais oui mamie, on se voit à Noël).

Vous voilà subitement seul face à vous même, sans projet, sans rendez-vous, sans échéance et personne ne vous attend.

Rassurez-vous, nous l’avons tous connu cet abîme, ce grand vide qui s’immisce en vous et vous submerge petit à petit.

Il est temps de vous faire de nouveaux amis…

Bonne chance!

Ma BFF
ma future meilleure amie

En réalité vous ne connaîtrez peut-être jamais ces sentiments abyssaux.

Dans l’avion déjà avant d’arriver,

On a des flashs. Au milieu des touristes en pantalons flottants, on repère une famille à 4 enfants : pas de doute, des expats comme vous. Pour les plus diserts, la conversation sera vite engagée. Pour ceux qui en ont, les enfants s’en chargent. Toi aussi tu es au CM, on sera peut-être dans la même classe?… tu vas voir, je vais te présenter mon pote Paul… et déjà on se sent moins seul. On se promet de se rappeler pour un café dès les premières semaines passées.

En route

Si vous avez déposé le petit dernier à l’école ce matin et que vous êtes installés à Serangoon, le fameux village gaulois, sur le chemin de l’école, vous aurez déjà rencontré quelques familles. On fait le chemin ensemble, ça crée des lien. Vous êtes là depuis combien de temps? Venez diner samedi prochain… En semaine mon conjoint n’est pas là… Et moi non plus d’ailleurs, je pars pour la Malaisie ce soir jusqu’à vendredi…

L’école

L’école de vos enfants est bien entendu le meilleur endroit pour se faire des amis.

Enfin, si vous avez des enfants, bien sûr.

Et selon le choix que vous avez fait, de rester dans le système français international ou d’inscrire vos enfants dans une école anglaise, australienne, allemande, canadienne, suisse, qui sait même, singapourienne, vous aurez accès à un bassin de population différent.

Le jour de la rentrée, ce choix est déjà fait et votre destin scellé. Les plus aventureux auront choisi de dispatcher leurs petits dans plusieurs systèmes dans le but de multiplier les amitiés et l’accès à des communautés différentes.

Le côté un peu négatif de ce système est qu’à part à Noel, vous risquez de jongler avec des enfants dont les vacances se succèdent sans jamais se croiser. C’est un sujet qui pourrait être traité dans un prochain article : dites nous comment vous gérez ça?

Les voisins

En sélectionnant un quartier où vous installer, là aussi vous avez engagé votre avenir.

Une décision logique sera de s’installer à Serangoon. Pourquoi s’en priver. Vous avez là ce que la France fait de mieux: une bonne boulangerie, un épicerie, les meilleurs fromages de Singapour… Et forcément le gros des troupes de français.

Visite de la ville avec ma nouvelle voisine
Découverte de Singapour, la grande roue

Le défaut toutefois, c’est que 10 ans plus tard, vos enfants risquent de ne pas avoir beaucoup progressé ni en anglais ni en mandarin.

Mais tous les quartiers sont sympas et on trouve toujours une bonne baguette ou un morceau de fromage et Le Petit Dépôt livre en 24h sur toute l’ile.

La paroisse, la mosquée, la synagogue…

Se retrouver le dimanche à la messe est une tradition qui a du bon, même à 11000km de votre village d’origine. On vient en famille et les enfants repèrent vite le petit Jules dont il vous ont bassiné toute la semaine.  Les familles vont en grappes et sont généralement à portée de vue. On va pouvoir rencontrer les parents, certainement aussi sympathiques que leur progéniture. C’est un bon début. Et comme ils sont venus avec leurs meilleurs amis, la trainée de poudre est efficace: on ne rentrera pas les mains vides. La messe c’est la pêche miraculeuse des amis, en quelque sorte. Et le père Patrick crée du lien avec doigté.

Le bureau

D’abord il faut en avoir un… Ça n’est pas donné à tout le monde 

Ensuite les conditions et les possibilités de se faire des amis peuvent varier grandement d’un environnement à l’autre.

Important de ne pas vous trouver perdu dans la différence culturelle. Nous vous recommandons les séminaires de rentrée de Véronique Helft afin de ne pas commettre La Bévue qui gâcherait tout.  Venez appréhender votre quotient culturel au plus vite.

Une attention mal comprise ou un mot de travers et vous risquez de rester seul. Il faut connaître les codes et éviter de boire les rinces doigts 

Si jamais votre collègue vous invite à dîner… attention d’arriver à l’heure, de Singapour. Et si vous souhaitez rendre l’invitation il vous faudra également faire attention au menu et aux contraintes de votre nouvel ami.

Les associations 

Elles sont pléthore à Singapour comme dans toutes les grandes villes.

Vous avez là de quoi occuper vos journées et vos soirées.

Entre les visites et les activités, les women’s night et les business apéros… inscrivez-vous sans modération!

Tous vous accueilleront avec un grand sourire et la curiosité de la nouveauté: promesses de bons moments partagés et plus si affinités 

Faire du golf avec l'UFE
les golfeurs de l’UFE

Les premières qui nous viennent à l’esprit: l’Association des Français de Singapour (AFS), l’Union des Français de l’Étranger (UFE), mais aussi l’ANZA, l’AWA…(vous y progresserez en anglais!) et les drinks et café d’accueil des groupes Facebook (Singafrog, Francophone de l’Ouest de Singapour, Singapour nanas)…Inscrivez-vous également à l’Alliance Française (médiathèque, ciné-club, cours de langues…. et crêpes!). Puis rejoignez les associations humanitaires qui oeuvrent dans la région (École du Bayon, Enfants du Mekong, Krousar Thmey…ou Home qui s’occupe des travailleurs migrants de Singapour)…on ne peut les citer toutes…

l'Association des Français de Singapour vous accueille
Singapour Accueil

Votre réseau français

il est très important en arrivant de reprendre contact avec tous vos anciens amis, connaissances, collègues, camarades de classe ( votre école à vous cette fois) déjà installés dans la cité-état, mais pas besoin d’aller jusqu’aux ex… si déjà vous les contactez tous et que vous leur demandez à chacun de vous mettre en relation avec une personne de leur entourage sous prétexte d’un conseil sur votre installation, aide pour trouver un job, recherche d’un appartement… vous pourriez très vite connaître toute la communauté française de Singapour 

Surtout ne vous limitez pas à la communauté française: elles sont toutes accessibles et le champs des possibles est infini alors éclatez-vous dans mille directions…

Les amis de vos amis

Lorsque vous avez annoncé votre départ, tous vos amis vous ont parlé de Philippe, Jacques ou Robert qui vit à Singapour depuis 10, 4 ou 20 ans et qui est tellement sympa.

Vous devez absolument le rencontrer 

Et sur le lot croyez moi il y a vos meilleurs amis

Ce filon là est à soigner particulièrement.

Vous aurez un sujet de conversation dès la première heure et c’est un peu comme retrouver de vieux amis 

Par centre d’interêt 

Réfléchissez bien avant de vous lancer. C’est l’occasion d’approfondir vos connaissance, vos dons et vos aptitudes 

Il est l'heure de l'apéro
Allons partager un verre ou deux!

De la peinture à l’huile aux visites de musées, de la cuisine chinoise au golf, de la natation à la chorale, du théâtre (the theater factory, Sing Theater…) de l’anglais, du chant ou du mandarin… 

Une fois votre sélection établie: lancez-vous. Et forcément vous allez rencontrer des tas d’amis avec des centres d’intérêts partagés.

Le début d’une grande aventure : votre intégration à Singapour.

Sophie Merlin

A lire aussi:

Laisser un commentaire

Votre commentaire s'il vous plait!
Merci d'indiquer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.