Une incursion en Chine ficelée au dernier moment, c’est possible! Depuis quelques semaines, les voyageurs qui y séjournent moins de 15 jours sont dispensés de visa. A Hong Kong lors des vacances de février, nous avons profité de l’aubaine…. et sauté dans le train pour découvrir Guangzhou, anciennement Canton. Notre première fois en Chine!

Mais pourquoi donc avoir choisi Guangzhou ?

Parce que de Hong Kong, c’est l’excursion en Chine qui nous semblait le mieux combiner intérêt et proximité. Deux heures de train seulement pour rejoindre la 3e ville la plus peuplée du territoire après Shanghai et Pékin. Et y découvrir un peu de son patrimoine, de son urbanisme, de ses lumières et du quotidien de ses habitants. Deux jours c’est court, mais c’est assez pour se faire une première idée!

Jour 1: Du marché de Qingping à la Tour de Canton

Le marché de Qingping

A deux pas de l’hôtel où nous séjournions, se trouve le marché de Qingping, une véritable institution à Ghuanzhou. Ni légumes, ni fruits, mais des plantes des insectes des animaux séchés dans des quantités pharaoniques pour soigner tous les maux. C’est le temple de la médecine chinoise (le plus grand de Chine) et il déborde de champignons, de graines de lotus, de concombres de mer, de scorpions, de crapauds… et d’hippocampes (pour soigner la toux, paraît-il).

L’armoire à pharmacie


Au marché de Qingping, on achète aussi des animaux vivants. Des chiots, des chatons (non pour l’assiette mais pour la compagnie), mais aussi des poissons et mollusques que viennent dénicher les aquariophilistes. Grande joie de Sam qui a repéré et vu pour la première fois des axolotls. Ces amphibiens qui passionnent les labos du monde entier pour leur capacité à régénérer plusieurs parties de leurs corps: pattes, yeux, queue et même moelle épinière.

La concession franco-britannique

Autre lieu, autre atmosphère. Juste à côté du marché de Qingping, nous enchainons avec une balade sur l’ile de Shamian, l’ancienne concession franco-britannique. Un petit havre de paix où il fait bon flâner et dont l’architecture occidentale nous rappelle un bout du vieux continent. Il y faisait plutôt frais fin février… Nous avons renoué avec le plaisir du chocolat chaud !

Un bout d’Europe!

La tour de Guanzhou

Elle vaut vraiment le détour, la tour! Avec ses 604 mètres des pieds à la tête, elle fait partie des plus hautes tours du monde. La seconde en Chine après celle de Shangaï. Lorsque vient la nuit, elle épuise toute la palette des couleurs fluos. Un spectacle qui s’apprécie soit de l’extérieur à l’occasion d’une croisière sur la rivière des Perles, soit de l’intérieur. C’est l’option que nous avons retenue pour terminer notre journée dans les étoiles. Et hop dans l’ascenseur, en partie vitré, qui nous hisse au 104e étage. ET à 450 mètres d’altitude, vue exceptionnelle sur la ville nouvelle… Ici aussi, les architectes rivalisent de prouesses… généreusement illuminées. Merci les diodes!

De l’extérieur…
De l’intérieur…Vue sur la ville nouvelle

Jour 2 : d’un cirque à l’autre

D’abord acheter nos tickets pour le cirque

On m’avait parlé du cirque de Guangzhou (merci Sara !). Je demande à la réception de notre hôtel comment me procurer des places. Personne ne parle anglais, je renonce. Nous essayons d’acheter des tickets sur le site web, mais la version en langue anglaise n’est pas très claire et le wifi de l’hôtel erratique. Nous retournons à la réception et à force d’insistance, on exhume d’un bureau un manager susceptible de nous comprendre… qui finira par faire la manip à notre place. Quel cirque! On part, un peu tard, pour une longue balade dans le vieux Guangzhou.

Dédale de rues et de commerces

15 kilomètres à pied à travers le vieux Guangzhou où se succèdent les échoppes. On commence par l’une des rues les plus populaires, récemment rénovée, la rue de Pékin au pied de notre hôtel. De très nombreuses enseignes locales et des boutiques d’articles de sport. Sam a remarqué les fameuses baskets chinoises 361°, désormais marque sponsor du grand champion de la NBA Aaron Gordon.
On enchaine ensuite avec de nombreux quartiers, qui semblent avoir chacun leur corporation. La mercerie, la quincaillerie, l’habillement, l’électronique…Pas de clients dans les boutiques mais des employés qui s’affairent. Réception de gros cartons, déballage, reconditionnement. C’est la grande caverne d’Ali Baba et de Lazada !

Dédalle de ruelles dans le vieux Guangzhou

Dans les rues, l’activité bat son plein, mais pas de bruit, pas de pollution. On circule partout à l’électrique, voitures, scooters et vélos compris. Les trottoirs sont dégagés et propres, la balade est d’autant plus agréable. Belle surprise.

Sur le chemin, 2 temples bouddhistes

Le temple de la brillante piété filiale est l’un des plus vieux édifices de la ville, même s’il a été en partie reconstruit au fil des siècles. On y trouve de belles pagodes et – au moment de notre visite – des arbres absolument somptueux garnis de fleurs jaunes … Miracle de la nature visiblement apprécié des très très nombreux pèlerins chinois qui prennent selfies et photos. Un vrai spectacle.

Un temple-jardin…

A deux pas un autre temple, dans un esprit différent et plus calme. Celui des 6 banyans, plus petit, plus serein aussi. Sa pagode, haute de 60 mètres, en fait l’intérêt. En trompe-l’œil, elle semble avoir 9 étages alors qu’elle en a 17.  Ne vous attendez pas à voir les 6 Banians d’origine, ils ne sont plus de ce monde.

Oh my god, la pagode !

Encore quelques pas et la Cathédrale

Nous avons voulu voir cet ouvrage conçu par des architectes français et financé par les propres deniers de Napoléon III sous la pression de sa femme Eugénie. Il a bien fait. Car le néogothique semble être au goût de la jeunesse cantonaise… Sur le parvis, partout des jeunes qui prennent des selfies en couple ou en bande. Trop classe, la cathédrale!

Cocorico pour la cathédrale !

Retour à l’hôtel et départ pour le cirque de Chimlong !

Le groupe Chimlong a construit à Guangzhou l’un des plus grands parcs d’attraction de la Chine. Sur le même lieu : des rollers costers, un aquarium, un parc aquatique, un zoo … et un cirque. On plutôt une énorme coquille en dur qui attire les meilleurs circassiens du monde. Nous n’avons pas vu d’acrobates chinois mais des troupes d’un peu partout et même russo-ukrainiennes! Et comme les ressources du lieu sont mutualisées, les animaux du cirque font des apparitions régulières. Entre deux numéros, on voit défiler oies, girafes, autruches et même hippopotames. Délirant et drôle à la fois. Le spectacle vaut le coup d’œil. À faire sans aucun doute!

Dromadaire et girafes au milieu des acrobates

Jour 3, retour à Hong Kong 

Et là, sur le chemin qui nous mène à la gare de Guanzhou, découverte à l’horizon d’un building étonnantcirculaire, énorme, 168 mètres de haut. Siège social du groupe Hongda Xingye, il est l’œuvre d’un architecte italien qui se serait inspiré du disque bi chinois, troué en son centre. Placé tout près de la rivière, le bâtiment s’y reflète et forme en plein jour un 8, chiffre porte-bonheur des chinois !

La tour circulaire la plus haute du monde !

Canton ne mérite peut-être pas le voyage mais franchement le détour… Nous aurions pu prolonger l’escapade avec une visite au musée du mausolée du roi Nanyue, une soirée à l’opéra, une balade dans le très beau parc Yuexiu et même du shopping dans le plus grand « fake market » du monde! En revanche pas de riz cantonais, dont le nom porte une fausse promesse… Il n’a été inventé ni à Canton, ni à Guangzhou!

Points pratiques :
Notre hôtel : Voco Guangzhou Shifui hotel, idéalement placé. Hôtel international de bon standing, mais échanges difficiles avec la réception. Le personnel parle un anglais très basique.
Charger l’appli Alipay : le sésame pour régler tous vos frais et prendre le taxi. Attention aux grosses dépenses pour lesquelles vous devrez déplafonner l’appli (le délai peut-être de 24h)

Un autre voyage en Chine, les coups de cœur de Marie-Astrid à Shangaï

Marie-Odile Genès

2 Commentaires

  1. Très bel article, intéressant et plein de joie, m’a donné envie de découvrir l’ex Canton.
    Bravo a l’equipe de Singapour Live et merci de nous tenir informés chaque semaine.

Laisser un commentaire

Votre commentaire s'il vous plait!
Merci d'indiquer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.